NAISSANCE DE LA SCULPTURE GOTHIQUE. SAINT-DENIS, PARIS, CHARTRES 1135-1150
10 octobre 2018 - 7 janvier 2019


Déjà plus tout à fait roman, sans être encore pleinement gothique, le style qui se développe en Île-de-France et au-delà de 1135 à 1150 a de quoi surprendre. Saisir l’imperceptible souffle du changement et remonter la piste des carnets de modèles qui circulaient d’un chantier à l’autre, voici le défi  de l’exposition «Naissance de la sculpture gothique. Saint-Denis, Paris, Chartres 1135-1150», présentée au musée de Cluny - musée national du Moyen Âge du 10 octobre au 7 janvier 2019 .

 

cluny.jpg

Tête de statue-colonne : un prophète Provient de l’abbatiale de Saint-Denis,
portail sud de la façade occidentale Calcaire lutétien (liais)
Paris, musée de Cluny, musée national du Moyen Âge Inv. Cl. 23415
© Service presse RMN-Grand Palais (musée de Cluny, musée national du Moyen-Âge) / Michel Urtado

 

Si l’art roman reste prédominant à cette époque dans la plus grande partie de l’Europe, son hégémonie est battue en brèche en Île-de-France dès les années 1140. Les chantiers de Saint-Denis, de Paris et de Chartres sont le berceau d’un art en gestation qui combine des innovations aussi bien techniques que stylistiques et iconographiques. De l’émulation entre maîtres d’œuvre, sculpteurs et commanditaires naît la première expression de la sculpture gothique, développée dans le sillage d’une architecture en mutation.

 

 

2cluny.jpg

Chapiteau double : sirènes oiseaux affrontées dans des rinceaux Provient du cloître de l’abbaye de Saint-Denis Calcaire
Paris, musée de Cluny, musée national du Moyen Âge Inv. Cl. 23531
© Service presse RMN-Grand Palais (musée de Cluny, musée national du Moyen-Âge) / Michel Urtado

 

Si l’on doit l’invention des portails à statues-colonnes aux sculpteurs œuvrant à l’abbatiale de Saint- Denis, c’est à la cathédrale de Chartres que ce modèle trouve son plein aboutissement, avant d’adopter son expression la plus riche d’avenir, de retour à Saint-Denis, au portail des Valois. Dans la concurrence entre ces lieux de pouvoir se jouent la formation et la diffusion d’esthétiques novatrices qui s’élaborent dans un entrelacs complexe d’emprunts et de ruptures. Ce nouvel art trouve ses origines dans une recherche d’expressivité qui s’impose avec l’affirmation d’un style inspiré de l’Antiquité classique et marqué par l’art de la vallée de la Meuse autour de 1150. Les corps s’animent, s’incarnent, entrent en mouvement et deviennent reconnaissables par la mise en scène des sujets. 

 

Des colonnettes ciselées de la façade de Saint-Denis à la grande bible peut-être commandée par l’abbé Suger de Saint-Denis aux enlumineurs chartrains, la parenté est sensible et nous met sur la piste des carnets de modèles, aujourd’hui disparus. En confrontant sculptures, enluminures et vitraux, l’exposition rend manifeste leurs sources d’inspiration commune. Plus qu’à une simple juxtaposition de répertoires divers, le visiteur assiste à la naissance d’un art, hybride et fascinant.

 

L’exposition, enrichie par les apports scientifiques des nombreux chantiers de restaurations menés ces dernières années, à commencer par celui de la façade occidentale de Saint-Denis, propose un éclairage nouveau sur les premières heures de l’art gothique et de sa floraison sculptée. Elle bénéficie également du prêt exceptionnel et exclusif d’un ensemble de statues-colonnes aux dimensions monumentales déposées du Portail royal de la cathédrale de Chartres, consenti par la DRAC Centre- Val de Loire.

 

Sous l’impulsion de ses commissaires, Damien Berné et Philippe Plagnieux, l’exposition réunit environ 130 œuvres. Outre les collections de référence du musée de Cluny et du musée du Louvre, réunies pour l’occasion, sont rassemblées de nombreuses sculptures provenant de musées français et étrangers, notamment du Metropolitan Museum of art de New York ou du Walters Art Museum de Baltimore, mais aussi de dépôts archéologiques comme celui de l’Unité d’archéologie de la Ville de Saint-Denis ou ceux de plusieurs cathédrales.

 

Informations pratiques
Entrée du musée
28 rue Du Sommerard
75005 Paris

 

musee-moyenage.fr 


Horaires : Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9h15 à 17h45
Fermeture de la caisse à 17h15
Fermé le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai
Librairie/boutique : 9h15 – 18h, accès libre Tél. 01 53 73 78 22
Accès : Métro Cluny-La-Sorbonne /Saint- Michel / Odéon Bus n° 21 – 27 – 38 – 63 – 85 – 86 – 87
RER lignes B et C Saint-Michel – Notre-Dame Tarifs: 9 €, tarif réduit 7 €
(expositions RMN) Gratuit pour les moins de 26 ans (ressortissants de l'UE ou en long séjour dans l'UE)
et pour tous les publics le premier dimanche du mois

 

 

 

Bandeaugris500x80cartegriseinternet.jpg