Destination, le Québec maritime, la route des Phares

 

PhareMarteau2.jpg

Phare de la petite île au Marteau, Côte-Nord  (© Le Québec maritime/Éric Marchand)


Près de 50 phares, sentinelles des marins et témoins de l’histoire du Québec maritime, ponctuent la route des voyageurs en quête d’émotion, de culture et d’évasion. Le long des rives du Saint-Laurent, à travers 4 régions, en voiture, à moto, à vélo ou en bateau, les atteindre, les visiter, rencontrer leurs « sauveurs » et ambassadeurs, y manger et même y dormir, c’est percer quelques-uns des secrets d’un territoire aux mille visages. Pour vivre pleinement son itinéraire, un seul conseil : s’engager sur les chemins buissonniers pour saisir les à-côtés...
 

 

PhareMartre.jpg

Phare de La Martre, Gaspésie(© Le Québec maritime/Pietro Canali)



Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, Côte-Nord, Îles de la Madeleine : quatre régions entre mer, lacs et montagnes Pointe-au-Père, Matane, Cap Alright... les phares du Québec maritime sont autant de balises mises sur ces terres du bout du monde dont les noms évoquent immédiatement le dépaysement, un dépaysement familier au pays de lointains cousins.
 

Sur la route des Phares, la route est au moins aussi passionnante que les phares. D’abord parce qu’elle longe la côte, franchit la mer, accoste sur une île, traverse des villages typiques pour offrir au regard des paysages à la beauté saisissante.

 

Lentille.jpg
 

Ensuite parce qu’en chemin, vous aurez l’occasion de vérifer que la tradition d’accueil des Québécois n’est pas une légende. Vous irez à la rencontre des sauveurs de phares, véritables conservateurs d’une mémoire maritime unique, et remontera avec eux les couloirs du temps. Il appréciera l’hospitalité des hôtes de gîtes pas comme les autres. Il s’attardera dans l’atelier d’un artiste ou chez un artisan à la passion communicative.
Enfin, parce qu’à la curiosité, la route et ses chemins de traverse ajouteront la randonnée, la sortie en mer, la plongée, voire la baignade pour les plus courageux, histoire d’approcher l’exceptionnelle faune marine québécoise : phoques, rorquals communs, rorquals bleus, bélugas, marsouins et autres mammifères marins.

 

PharePointePeres.jpg

Phare de Pointe-au-Père, Bas-Saint-Laurent(© Le Québec maritime/Pietro Canali)

 

Que vous ayez atterri à Québec ou à Montréal, le point de départ le plus logique de « sa » route des Phares sera Rivière-du-Loup et l’archipel des îles du Pot à l’Eau-de-Vie. Y trône un phare entièrement restauré, classé monument historique, dans lequel il pourra séjourner 24 heures.
 

Du haut du phare de l’île Verte, doyen des phares québécois, il apercevra ceux de l’île Rouge et du Haut-fond Prince, en Côte-Nord.
 

Plus loin, à l’approche de Rimouski, du parc national du Bic et de l’île Saint- Barnabé, le phare de Pointe-au-Père, témoin du naufrage de l’Empress of Ireland en 1914, dévoilera un panorama majestueux sur le Saint-Laurent.

 

CapGaspe.jpg

Le phare de Cap Gaspe © Le Québec maritime

 

Panorama au moins aussi époustouflant que celui offert dans la Baie-des- Chaleurs par le phare de Carleton et le « so british » phare de la pointe Duthie, tous deux situés dans une zone où Britanniques et Français se sont disputé la possession de l’Amérique du Nord en 1760, comme le relate le lieu historique national de la Bataille-de-la-Ristigouche.
 

De New Richmond à Percé, Gaspé et enfin Matane, les phares gaspésiens de Cap d’Espoir, Cap-Gaspé (au parc national Forillon), Cap-des-Rosiers (le plus haut phare du Canada), Pointe-à-la-Renommée (aussi première station radio maritime en Amérique du Nord construite par Marconi), Cap-Madeleine, La Martre (avec sa structure en bois), Cap-Chat et Matane seront autant d’étapes pour sortir des sentiers battus et découvrir quelques trésors cachés en randonnant et en savourant les spécialités gastronomiques locales.
 

PhareIleVerte.jpg

Le phare de l’île Verte, plus ancien phare du Saint-Laurent  (© Le Québec maritime/Pietro Canali)

 


Sans oublier, en Côte-Nord, les phares de la Petite île au Marteau, l’île aux Perroquets, Pointe-Nord, Pointe-des-Monts, Bon-Désir, ainsi que les 6 phares des Îles de la Madeleine, dont celui du rocher aux Oiseaux, toujours en activité.
 

CapChat.jpg

Le phare du Cap Chat © Le Québec maritime

 

En chemin, pauses et attractions dans les parcs nationaux
Le Québec maritime, c’est la nature à perte de vue. Ce sont aussi des espaces de balade et de détente organisés (avec ou sans guide). Les parcs nationaux y sont nombreux et beaucoup se retrouvent sur la route des Phares.
Au bord du Saint-Laurent, le parc national du Bic est réputé pour ses caps, ses baies, ses anses, ses îles et ses montagnes. Des milliers d’oiseaux marins y nichent, des plantes rares y  eurissent et des phoques se prélassent au soleil sur le rivage. Le parc national du Bic compte 25 km de sentiers de randonnée et 15 km de pistes cyclables.
Au centre de la péninsule, dans le parc national de la Gaspésie, le mont Jacques-Cartier, habitat préféré des caribous, est l’endroit le plus propice à l’observation de ce mammifère typique d’Amérique du Nord.
Plus à l’Est, le parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé est connu pour sa colonie de fous de Bassan. Il est aussi le lieu idéal pour tout savoir de la tradition de la pêche en Gaspésie.
Sur l’autre rive du Saint-Laurent, la réserve de parc national de l’archipel de Mingan est un paradis pour la randonnée, le pique-nique et le camping.

 

BonDesir.jpg

Le phare Bon Desir © Le Québec maritime


Le parc marin du Saguenay Saint-Laurent se parcourt, lui, en Zodiac, en kayak de mer ou à bord d’un navire tout confort pour aller à la rencontre de plusieurs espèces de baleines, depuis Tadoussac ou Les Bergeronnes.
Enfin, citons le parc national d’Anticosti, île sauvage dans le golfe du Saint- Laurent, et le parc national du Lac-Témiscouata (Bas-Saint-Laurent) et son lac long de 40 km.

 

Dans quels phares dormir ?

PhareIleVerte2.jpg

Le phare de l’île Verte © Le Québec maritime/Pietro Canali)


Le phare de l’île Verte, plus ancien phare du Saint-Laurent : hébergement dans la maison du gardien www.phareileverte.com 

PharePointeNord2.jpg

La maison de Pointe-Nord (© Pourvoirie Lac Geneviève/M. G. Pelletier)


La maison de Pointe-Nord de la pourvoirie du lac Geneviève d’Anticosti : 
hébergement dans les anciennes maisons de gardiens 
www.anticostiplg.com/index.php/fr/hebergement

 

PharePerroquet2.jpg

La maison de Pointe-Nord (© Le Québec maritime/Steve Deschênes)


La réserve du parc national de l’Archipel-de-Mingan : hébergement dans la maison du gardien de l’île aux Perroquets www.pc.gc.ca/fra/pn-np/qc/mingan/ activ/perroquets.aspx

 

PharePotEauVie2.jpg

Le phare du Pot à l’Eau-de-Vie  (© Le Québec maritime/Pietro Canali)

Le phare du Pot à l’Eau-de-Vie :
hébergement dans le phare www.duvetnor.com/ sejours/iles-du-pot-a-leau-de-vie/ 

 

PointeRenommee2-.jpg

Phare de la Pointe Renommee © Le Québec maritime

 

LE QUÉBEC MARITIME EST UNE IMMERSION DANS LE DOMAINE DE LA SINGULARITÉ, DE L’INATTENDU, DE L’ÉMERVEILLEMENT, ÉTÉ COMME HIVER.
• 4 régions
• 2 030 km par la route
• 14 étapes pour tous les voir

 

www.quebecmaritime.ca/phares

PhareDuthie.jpg

Le Phare Duthie © Le Québec maritime