Si les Grecs furent des physiciens, les Romains ont été des ingénieurs, capables de mettre en pratique à grande échelle et pour des réalisations utiles au plus grand nombre, des techniques restées jusqu’alors dans les laboratoires. C’est dans les domaines de l’architecture et de l’hydraulique que leur génie est le plus visible, avec, à la confluence des deux, des constructions monumentales dont les aqueducs sont les plus spectaculaires. En ce sens, Lugdunum, avec ses quatre aqueducs capables de déverser quotidiennement plusieurs dizaines de milliers de m3 d’eau, fait  figure d’exemple d’une romanisation avancée.

 

DP_LUGDUNUM__Expo_Aqua_Page_03_Image_0001.jpg

Vue d’une arche du Pont siphon du Garon. © Philippe Schuller

 

L’exposition « AQUA - L’invention des Romains» souhaite montrer quels usages de l’eau on faisait à Lyon il y a 2000 ans, et avec quelles techniques. Le  fil conducteur est le trajet d’une goutte d’eau, suivie depuis la source jusqu’au collecteur. Tout au long de ce parcours, l’étonnante modernité des Romains transparaît à travers des parallèles avec aujourd’hui. Enfin, vous êtes invité à découvrir grâce à des dessins et des gravures, comment les ouvrages de l’Antiquité ont dans le passé inspiré les artistes, mais aussi de nos jours, avec une exposition de photos de Philippe Schuller (Mémoire d’eau. L’aqueduc romain du Gier).
À la fois sérieuse et ludique, esthétique et poétique, l’exposition « AQUA - L’invention des Romains » s’adresse à tous les publics et se veut aussi une incitation à découvrir sur le terrain ce patrimoine exceptionnel.

 

DP_LUGDUNUM__Expo_Aqua_Page_05_Image_0001.jpg

L’aqueduc du Gier, les arches du Plat de l’Air, Chaponost, Rhône. © Philippe Schuller

 

AQUA, L’INVENTION DES ROMAINS I L’EAU À LYON IL Y A 2000 ANS
L’eau indispensable à la vie, est un élément fondateur de la civilisation romaine. Aqueducs, puits, citernes, thermes, fontaines... témoignent de l’omniprésence de l’eau dans la vie quotidienne des Romains. Comment l’eau était-elle captée, acheminée, distribuée et évacuée dans le monde romain? Quels moyens techniques étaient mis en œuvre ? Quelle place tiennent les vestiges des monuments des eaux dans le paysage d’aujourd’hui ?

DP_LUGDUNUM__Expo_Aqua_Page_08_Image_0001.jpg

Autel en pierre calcaire, IIe - IIIe siècle
© Jean-Michel Degueule/LUGDUNUM – Musée & Théâtres romains

Les thermes d’Apollon
> Autel en pierre calcaire, IIe - IIIe siècle
>  Découvert en 1815, dans le quartier Saint-Georges, Lyon 5e.
. Aux dieux Mânes et à la mémoire éternelle de Blandinia Martiola, jeune femme pleine d’innocence, morte . l’âge dix-huit ans, neuf mois et cinq jours ; Pompeius Catussa, de la cité des Séquanes, artiste
stucateur, à son épouse incomparable, remplie de bonté . son égard, qui a vécu avec lui cinq ans, six mois et dix-huit jours, pure de toute souillure, a élevé ce tombeau et aussi pour lui-même et l’a
dédié sous l’ascia. Toi qui lis ces lignes, va au bain d’Apollon, ce qu’avec ma femme j’ai souvent fait et voudrais encore faire si cela était possible ..
Les thermes d’Apollon, sont un des nombreux établissements de bains qui devaient exister . Lugdunum, mais dont l’emplacement n’a pas été identifié.

 

Le cœur de l’exposition est destiné à montrer, l’importance que l’eau avait déjà dans le monde romain, à travers l’exemple de Lyon, son omniprésence dans la vie quotidienne, les moyens considérables qui ont été consacrés aux « monuments des eaux » et leur haut degré de technicité. Le scénario repose sur le petit cycle de l’eau (cycle domestique de l’eau), avec une mise en parallèle entre l’époque contemporaine et l’époque romaine: la goutte d’eau de la source à l’évacuation (captage, adduction, stockage, distribution et évacuation).

 

DP_LUGDUNUM__Expo_Aqua_Page_07_Image_0001.jpg

La grotte Bérelle, le réservoir conservé sur la colline de Fourvi.re. © Philippe Schuller

La grotte Bérelle
Sur le flanc est de la colline de Fourvière, sous la terrasse du lycée Saint-Just (Lyon 5e), se cache le « monument romain le mieux conservé de Lyon ». Il s’agit d’une réservoir constitué de trois chambres voûtées concentriques qui communiquent par des ouvertures voûtées ménagées au milieu des côtés. L’alimentation pouvait être assurée par un ou plusieurs aqueducs, sans exclure un apport d’eau pluviale. Du fait de l’importance relative de son volume, il est probable que ce réservoir n’était pas intégré dans une habitation privée mais plutôt dans un édifice publ
ic

 

L’exposition « AQUA – L’invention des Romains » est présentée dans le hall d’accueil et dans la salle de conférence du musée (environ 200 m2), avec des déclinaisons au sein de l’exposition permanente dans les rotondes aux niveaux 3 et 2 (environ 100 m2 pour chaque niveau). Une place importante est accordée aux éléments pédagogiques (reconstitutions, maquettes, vidéos). Un ensemble de photographies intitulé « Mémoire d’eau. L’aqueduc romain du Gier » de Philippe Schuller est également présenté au sein de l’exposition et en extérieur sur les grilles du site archéologique des théâtres. 

 

DP_LUGDUNUM__Expo_Aqua_Page_08_Image_0002.jpg

La fontaine romaine de la place de Trion . Lyon. © Philippe Schuller

DP_LUGDUNUM__Expo_Aqua_Page_09_Image_0001.jpg

Tuyau avec marque de fabrique. © Jean-Michel Degueule/LUGDUNUM – Musée & Théâtres romains


LUGDUNUM
Musée & Théâtres romains
17 rue Cléberg
69005 Lyon
Tél. 04 72 384930 


Toute l’actualité du musée sur
lugdunum.grandlyon.com

 

 

 

 

Bandeaugris500x80cartegriseinternet.jpg