Expo 2021 : United States of Abstraction. Artistes américains en France, 1946-1964


Le Musée d’arts de Nantes et le musée Fabre de Montpellier organisent une exposition intitulée United States of Abstraction. Artistes américains en France, 1946-1964, présentée du 12 février au 24 mai 2021 au Musée d'arts de Nantes.

Shirley Jaffe.jpeg

Shirley Jaffe, The Red Diamond, 1964, Huile sur toile, 195 x 135 cm, Courtesy Shirley Jaffe Estate et Galerie Nathalie Obadia, Paris/ 
Bruxelles, photo : © Bertrand Huet / tutti image © ADAGP, Paris, 2020

 

Le rôle de Paris comme capitale mondiale de l’art occidental depuis le 19e siècle est bien connu, et il est également considéré comme un fait établi que la Ville lumière perd cette prééminence après la Seconde Guerre mondiale au profit de New York.

United States of Abstraction1.jpeg

Alfonso Ossorio, Le Guerrier, la Colombe et la Chouette, entre 1954-55,
huile sur toile, 253,5 x 168 cm, FGA-BA-OSSOR-0001 © Fondation Gandur pour l’Art,
Genève. Photographe : Sandra Pointet © Ossorio Foundation.

 

L’histoire de l’expressionnisme abstrait, des écoles de New York, et ses héros, Jackson Pollock et Willem De Kooning entre autres, est ainsi devenue le récit dominant de l’art après 1945.

Pourtant, l’on sait également que de très nombreux artistes, musiciens et écrivains américains, hommes et femmes, ont continué à venir étudier et créer en France. Plus de 400 artistes ont en particulier utilisé la bourse du G.I. Bill, qui permettait à tout ancien combattant de financer ses études, en venant s’inscrire aux écoles d’arts et académies parisiennes entre 1946 et 1953.

 

Sam Francis.jpeg


Sam Francis, Blue Balls, vers 1961-1962,
huile sur toile, 106,9 x 137,5 cm, Stockholm,
Moderna Museet
© 2020 Sam Francis Foundation, California /
ADAGP, Paris, 2020

L’exposition explore cette intense présence et la manière dont elle a contribué à la redéfinition de l’art abstrait en France à un moment où la géographie mondiale de l’art était bouleversée.

Constituée d’une centaine d’oeuvres, peintures, sculptures, provenant de collections publiques et privées européennes et américaines, l’exposition est accompagnée d’un riche appareil documentaire permettant d’appréhender l’époque et d’un catalogue où spécialistes français et américains retracent sous un nouveau jour un passionnant chapitre de l’histoire des échanges artistiques.

 

United States of Abstraction3.jpegRobert Breer, Sans titre, 1954,
Huile sur toile, 96 x 161 cm, Paris, Centre Pompidou - Musée national d'art moderne
Centre de création, industrielle © Robert Breer, photo : © Centre Pompidou, MNAMCCI,
Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian

 

Musée d'Arts de Nantes
10 Rue Georges Clemenceau
44000 Nantes


www.museedartsdenantes.fr

 

 

 

 

 

UNE EXPOSITION ORGANISÉE EN COLLABORATION
AVEC LE MUSÉE FABRE
DE MONTPELLIER MÉDITERRANÉE MÉTROPOLE

À découvrir au musée Fabre du 3 juillet au 17 octobre 2021

En collaboration avec le Musée d’arts de Nantes, le musée Fabre proposera à Montpellier, du 3 juillet au 17 octobre 2021, cette ambitieuse exposition consacrée à un ensemble d’artistes américains qui, installés en France, ont contribué à la redéfinition de l’art abstrait sur le continent européen.

Ce projet s’inscrit pleinement dans l’identité et les orientations scientifiques du musée Fabre qui consacre trois salles de son parcours contemporain aux artistes représentés par la galerie Jean Fournier, fondamentale pour la défense de l’art américain en France dès 1957 et durant les décennies qui suivirent. La galerie a donné et déposé au musée Fabre nombre d’œuvres des années 1950 à nos jours, tandis que le musée Fabre lui rendait hommage dès sa réouverture en 2007, après quatre années de travaux, avec une exposition intitulée La couleur toujours recommencée. Le musée Fabre, dont les collections contemporaines sont particulièrement tournées vers la peinture abstraite d’après-guerre, à l’image de l’important fonds d’œuvres de Pierre Soulages, a consacré plusieurs de ses expositions à ce sujet dont, notamment, Abstractions américaines (1940-1960) en 1999 et Les sujets de l’abstraction en 2011.


Comme celle de 1999, cette exposition s’inscrit à Montpellier grâce au concours du réseau FRAME (FRench American Museum Exchange), dont le musée Fabre est membre-fondateur depuis sa création en 1999. De nombreuses expositions ont ainsi été organisées au sein de ce réseau qui contribue à développer les échanges, les partenariats et les programmes éducatifs. On peut ainsi citer, dernièrement, L’Art et la matière - galerie de sculptures à toucher, en 2016 ; Senufo - art et identités en Afrique de l’Ouest, en 2015 ; ou encore Corps et ombre - Caravage et le caravagisme européen en 2012.

Le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole, créé en 1828 grâce à la volonté de son fondateur, le peintre néoclassique François-Xavier Fabre, compte parmi les plus belles collections publiques françaises, sans cesse enrichi grâce à des donations ou des legs de collectionneurs et artistes avisés : Fabre, Antoine Valedau, Alfred Bruyas, Jules Bonnet-Mel, la famille des peintres Alexandre Cabanel et Frédéric Bazille et, dernièrement, Pierre Soulages. La manière dont le fonds s’est construit, intrinsèquement liée aux personnalités singulières de ces différents donateurs, est à l’origine de l’identité si particulière du musée Fabre dans le paysage muséal français. Ainsi, les collections s’articulent en grands ensembles mettant l’accent sur une large période de l’histoire de l’art du XIVe siècle à nos jours.

Grâce à une politique culturelle volontaire et dynamique, des équipements d’art d’excellence et des expositions ambitieuses et variées, la Ville et la Métropole de Montpellier occupent une place majeure dans le paysage national et international. En témoigne l’importance de la fréquentation de ces lieux d’art, avec près de 500 000 visiteurs par an.

 

https://museefabre.montpellier3m.fr