2021 : UNE SAISON NAPOLÉON
DU 31 MARS 2021 AU 30 JANVIER 2022

 

L’année 2021 marquera le deux centième anniversaire de la mort de l’empereur Napoléon Ier. Pour l’occasion, le musée de l’Armée propose, aux Invalides, une saison culturelle entièrement dédiée à cette figure majeure de notre histoire. Une nécropole restaurée, un parcours permanent réinventé, une grande exposition patrimoniale et pour la première fois au Musée, des œuvres d’artistes contemporains pour questionner l’héritage de Napoléon… autant d’occasions de découvrir ou de redécouvrir celui qui depuis 1840 repose sous le Dôme, « auprès de ce peuple Français qu’ [il a] tant aimé ».

Le directeur du musée de l’Armée est aussi le « gardien du tombeau de l’Empereur ». Par nature, l’institution se devait de jouer un rôle central dans la phase finale des commémorations qui se succèdent depuis vingt ans au rythme des événements marquants de la carrière de Napoléon. Année du bicentenaire de sa mort, 2021 offre une occasion unique de tenter la synthèse, pour mettre en valeur différentes facettes de l’histoire de Napoléon, et du sens qu’elle a pour nous aujourd’hui.


Unissant ses efforts à ceux de la Fondation Napoléon, dont la mission est d’étudier et de faire connaître tout ce qui concerne l’histoire napoléonienne, le Musée proposera tout au long de l’année, une programmation culturelle d’une grande diversité, ainsi qu’un regard renouvelé sur l’histoire du site et de ses collections permanentes liées à Napoléon.

MA_CP_Saison Napoléon_Page_1_Image_0001 ©Paris, musée de l’Armée/Anne-Sylvaine Marre-Noël

 

 

NAPOLÉON N’EST PLUS
Du 31 mars au 19 septembre 2021 – salles d’exposition temporaire (3e étage)
Exposition présentée par le musée de l’Armée et la Fondation Napoléon


Île de Sainte-Hélène, le 5 mai 1821. À 5h49 du soir, l’Empereur exilé rend son dernier soupir.
Relégué au bout du monde depuis plus de cinq ans, il n’exerce plus aucune influence sur le monde. Pourtant, sa mort réveille les passions. Rapidement, les souvenirs, les témoignages, les images, les reliques foisonnent. Une histoire nouvelle voit le jour, où la mort en exil du grand homme joue un rôle déterminant, et où subsistent des incertitudes empreintes de légendes et de contradictions. Autant de faits que la raison a tenté de disséquer, de failles que l’imagination s’est hâtée de combler et la rumeur de commenter.


L’exposition Napoléon n’est plus poursuit la réflexion entamée dans les précédentes manifestations que le musée de l’Armée a consacrées à Napoléon (Napoléon et l’Europe, en 2013 ; Napoléon à Sainte-Hélène. La conquête de la mémoire, en 2016 ; Napoléon stratège, en 2018). Après avoir abordé ses actions politiques, son talent militaire et sa lutte dans l’exil pour la postérité, le musée de l’Armée se propose d’étudier le chapitre final de son histoire.


Enquêtant sur tous les aspects de ses derniers instants, de ses funérailles, du retour de ses Cendres et des monuments qui perpétuent sa mémoire, l’exposition propose un parcours de près de deux cent cinquante œuvres mêlant beaux-arts, archives et objets d’art populaire pour comprendre la marche triomphale de Napoléon vers l’éternité.


Commissariat :
Pierre Branda, responsable du patrimoine, Fondation Napoléon
Léa Charliquart, assistante de conservation, département XIXe siècle et Symbolique, musée de l’Armée
Chantal Prévot, bibliothécaire, Fondation Napoléon
Émilie Robbe, conservateur en chef du patrimoine, responsable du département XIXe siècle et Symbolique, musée de l’Armée


En écho à l’exposition : Conférences, colloque, cinéma, concerts et de nombreuses visites guidées ou ludiques accompagnement l’exposition.

1Napoleon aux Invalides.jpeg

© Paris, musée de l’Armée / Émilie Cambier

 


NAPOLÉON ? ENCORE !
REGARDS D’ARTISTES CONTEMPORAINS
Du 7 mai 2021 au 30 janvier 2022


En écho aux commémorations du bicentenaire de la mort de l’Empereur, le Musée propose, pour la première fois de son histoire, un parcours d’art contemporain aux Invalides. La présentation de commandes originales ou d’œuvres existantes confiées à des artistes, soit  de renom, soit émergents, français et étrangers, évoquera la figure de Napoléon, ainsi que
l’empreinte de son action sur le monde actuel. Présenté conjointement à l’exposition Napoléon n’est plus, le commissariat de ce parcours contemporain a été confié à Éric de Chassey, directeur de l’Institut national d’histoire de l’art, et Julien Voinot, chargé de collections, département du XIXe siècle et Symbolique au musée de l’Armée.

Ce projet ambitieux consiste à inviter une quinzaine d’artistes contemporains, sur le principe de la carte blanche, à investir les espaces permanents d’exposition du Musée et à questionner l’héritage laissé par cette figure emblématique de l’histoire qui ne laisse personne indifférent.
Conçu en deux temps, ce parcours dévoilera dès le 7 mai 2021 et jusqu’au 30 janvier 2022 des œuvres de Pascal Convert, Ange Leccia, Fabrice Hyber, Marina Abramovic, Julian Schnabel, Georges Tony Stoll, Hélène Delprat… qui prendront place aussi bien dans les salles du parcours de visite permanent que sous le Dôme des Invalides où repose l’Empereur, ou encore dans des lieux habituellement fermés au public comme le grand salon.
Puis, à partir d’octobre 2021, l’artiste belge Hans Op de Beeck investira l’une des salles d’exposition temporaire du Musée avec une installation ayant pour thème la mort de Napoléon. La seconde salle d’exposition proposera une réflexion sur le cinéma et l’histoire napoléonienne à travers une série d’extraits de films préexistants sélectionnés et mis en espace par le collectif français « La Méduse ».


Commissariat :
Éric de Chassey, directeur de l’Institut national d’histoire de l’Art (INHA)
Julien Voinot, chargé de collections, département du XIXe siècle et Symbolique au musée de l’Armée

 

MA_CP_Saison Napoléon_Page_3_Image_0001

Marina Abramovic, Extrait de l’oeuvre The Hero, 2011, vidéo couleur avec son, 17 minutes, Collection de l’artiste

 

 

PARCOURS PERMANENT
Un parcours de visite réinventé consacré à Napoléon

Les salles Louis XIV–Napoléon du musée de l’Armée offrent au public une des plus belles collections au monde d’uniformes, d’armes, de pièces d’équipement et d’œuvres d’art relatives à l’histoire militaire de la France du XVIIe au XIXe siècle. On y trouve entre autres de précieux témoignages sur les guerres napoléoniennes et le Premier Empire.
Certaines séquences des salles inaugurées en 2009 feront l’objet d’un réaménagement en profondeur confiée à l’agence d’architecture Helft-Pinta. La reprise de la salle consacrée au bivouac de Napoléon offrira ainsi une approche renouvelée de son quotidien et de son action en campagne, en tenant compte des avancées de la recherche à l’occasion de la production d’expositions récentes. La maquette de la bataille de Lodi se verra dotée d’un dispositif de médiation inspiré des technologies du « son et lumière », afin d’expliciter de façon claire
et précise les différentes phases de la bataille, dans la lignée de la création imaginée pour l’exposition Napoléon stratège, en 2018. Le parcours historique consacré au XIXe siècle intégrera désormais un espace dédié à l’exil de l’Empereur, à ses reliques et à cette mémoire, qui – malgré l’échec et la chute – a profondément marqué les générations suivantes.

 

Par ailleurs, pour mieux évoquer aussi les contemporains de l’Empereur, et en particulier ceux qui ont participé à l’épopée impériale, certains grands tableaux bénéficieront d’un nouvel accrochage, notamment les portraits du comte Daru (1767-1829), ministre d’État par le peintre Antoine-Jean Gros et du général Frère (1764-1826) par le peintre Nicolas Gosse.

MA_CP_Saison Napoléon_Page_4_Image_0001

©Paris, musée de l’Armée/Anne-Sylvaine Marre-Noël


Restauration des monuments napoléoniens aux Invalides
De son vivant, Napoléon avait initié la transformation de l’Hôtel impérial des Invalides en panthéon des gloires militaires. Il ordonne notamment le transfert des restes du maréchal de Turenne (1611-1675) en 1800 et en 1807-1808 il fait ériger, sous le Dôme, un monument en l’honneur du maréchal Vauban (1633-1707), présentant une urne contenant son cœur.
Mort en exil, Napoléon a été enterré à Sainte-Hélène où il est resté près de vingt ans. C’est en 1840 que le gouvernement de Louis-Philippe choisit de faire rapatrier en France ses Cendres.
Après quelques hésitations, le choix de l’éternelle demeure se fixe rapidement sur le Dôme  des Invalides. Le projet, très original, de l’architecte Visconti est sélectionné. D’importants travaux d’excavation et des réaménagements iconographiques sont entrepris pour accueillir dans l’ancienne église royale de Louis XIV le tombeau impérial. D’abord présenté dans la chapelle Saint-Jérôme, le cercueil de Napoléon trouve sa destination finale le 2 avril 1861, où il est transféré dans l’immense sarcophage, au centre d’une crypte ouverte.


Aujourd’hui, le tombeau de l’Empereur est un lieu emblématique de l’Hôtel national des Invalides. Il accueille chaque année plus de 1,2 million de visiteurs, venus du monde entier.
Le majestueux tombeau de quartzite rouge bénéficie d’un entretien permanent par le Musée et si son état général est satisfaisant,   il a cependant subi les outrages du temps et a nécessité des opérations de restauration d’une ampleur jusqu’ici inédite.
Pour le bicentenaire de la mort de l’Empereur, le musée de l’Armée et la Fondation Napoléon organisent en effet une grande souscription internationale qui a pour objectif de restaurer le tombeau de quartzite rouge ; la marqueterie de pierre, d’émaux et de marbre du sol ; la statuaire ainsi que les autres monuments napoléoniens : les tombeaux des rois Joseph et Jérôme, la chapelle Napoléon située dans la cathédrale Saint-Louis qui servit de seconde chapelle ardente aux Cendres de Napoléon au moment des travaux d’aménagement dans le Dôme, enfin les pierres tombales de Sainte-Hélène, déposées lors du retour des Cendres en 1840, présentées au public dans un jardin réaménagé.

 

 


INFORMATIONS PRATIQUES
Programmation complète et billetterie en ligne sur www.musee-armee.fr
Le Musée est ouvert tous les jours de 10h à 18h et le mardi en période d’exposition temporaire jusqu’à 21h.

 

 

Musée de l’Armée
Hôtel national des Invalides
129, rue de Grenelle 75007 Paris

www.musee-armee.fr

 

 


MUSÉE DE L’ARMÉE
6e musée parisien le plus fréquenté, avec plus de 1,2 million de visiteurs en 2019, le musée de l’Armée propose au public de découvrir l’Hôtel des Invalides et son célèbre Dôme, qui abrite le tombeau de Napoléon Ier et de parcourir l’histoire de France à travers ses collections. L’établissement, créé en 1905, conserve l’une des collections d’histoire militaire les plus riches au monde avec près de 500 000 pièces, de l’âge du bronze au XXIe siècle.Visites guidées et ateliers pédagogiques, expositions temporaires, conférences et colloques, cinéma, animations, concerts et événements sont organisés durant toute l’année.