Trois expositions en pays d'Arles

Alfred Latour, les gestes d’un homme libre

À l’occasion des 130 ans de la naissance de l’artiste, la Fondation Alfred Latour présente trois expositions en pays d'Arles sur l'oeuvre et le parcours d'un surdoué de son époque, tour à tour peintre, graveur, aquarelliste, illustrateur, relieur, photographe, publiciste, designer...

 

CP_ALFRED_LATOUR_2018_Page_05_Image_0001.jpg

Camargue 1948 Dessin au crayon 25 x 32.5 cm © Fondation Alfred Latour, tous droits réservés

 

Alfred Latour (1888-1964) a laissé derrière lui une oeuvre immense : à côté de ses réalisations picturales, il crée pendant des années des tissus remarqués par les acteurs de la mode, et participe au renouveau du graphisme et de la publicité en Europe. 

 

CP_ALFRED_LATOUR_2018_Page_06_Image_0004.jpg

Alpilles, les nuages blancs 1954 Huile sur toile 115 x 146 cm
 © Fondation Alfred Latour, tous droits réservés


Une exposition sur l’œuvre et le parcours d’un artiste qui vécut à Eygalières à l’abri du bruit et des modes. A côté d’une œuvre picturale majeure, pendant des années il crée des tissus remarqués par les acteurs de la mode, participe au renouveau du graphisme et de la publicité en France et en Europe.

 

CP_ALFRED_LATOUR_2018_Page_07_Image_0004.jpg

Toiles de Fontenay 1948 (toiles de Tournon imprimées) 225 x 124 cm
 © Fondation Alfred Latour, tous droits réservés



C’est à Paris dans les années 1910 que la carrière d’Alfred Latour débute. A la source, un attrait pour la peinture qui ne le quittera jamais, un goût pour la gravure qu’il poussera à un niveau de virtuosité rarement égalé, et pour compléter sa palette de talents naturels, une technique de l’aquarelle qui lui assurera une reconnaissance des critiques et des collectionneurs. Aujourd’hui, on trouve ses œuvres au Centre Pompidou, au British Museum, au Musée Cantini entre autres.

Alfred Latour se forme à l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris. Il en sort avec avec l’œil aiguisé et un vocabulaire artistique qui lui permet d’aborder le design de mode, le graphisme, la publicité et la photographie. Dans tous ces champs d’expression, il est en quête d’innovation. Il cherche dans les formes et dans les supports des passerelles qui lui permettent de faire dialoguer les médiums qu’il emploie.


CP_ALFRED_LATOUR_2018_Page_09_Image_0001.jpg

Eygalières s.d.  © Fondation Alfred Latour, tous droits réservés


Il est membre de L’UAM (Union des Artistes Modernes) fondée par Robert Mallet Stevens qui rassemble entre autres les artistes: Le Corbusier, Sonia Delaunay, Man Ray, Fernand Léger. Il excelle dans le graphisme et la publicité, élabore la communication des Vins Nicolas. Il travaille la reliure, illustre par des traits de plume et des gravures de nombreux ouvrages qui deviennent immédiatement des objets de collection que l’on retrouve dans les réserves précieuses de la Bibliothèque Nationale de France.


Au milieu des années trente, il réalise des reportages photographiques pour l’agence de presse Meurisse à Paris. Ses images sont publiées dans la presse quotidienne.

Dès 1929, il collabore avec Bianchini-Férier (célèbre fabriquant de tissus lyonnais) à l’élaboration de motifs pour la haute couture et l’ameublement. Il prévoit la tenue des nouvelles matières froissées ou plissées, établit des gammes chromatiques d’une modernité époustou ante. Aujourd’hui, la plupart de ses motifs sont conservés au Musée des Tissus de Lyon et au Victoria & Albert Museum.

 

CP_ALFRED_LATOUR_2018_Page_11_Image_0003.jpg

Le vélo, Paris S.d. © Fondation Alfred Latour, tous droits réservés


En 1937, Alfred Latour rencontre Pierre Aynard qui produit des soies pour les grands couturiers parisiens. Celui-ci s’adresse à Latour pour produire des séries limitées de tissus et l’invite à L’abbaye de Fontenay, dont il est propriétaire. Latour crée « Les toiles de Fontenay » inspirées des motifs des vitraux et des éléments d’architecture du célèbre monument, aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Retiré à Eygalières, il ne cessera de représenter les paysages des Alpilles dans une abstraction  gurative. Les artistes en vogue viendront lui rendre visite dans son jardin (les comédiens Gérard Philipe et Nicolas Bataille, le poète Henri Pichette ou André Allix recteur de l’Université de Lyon) et il restera à l’écoute du monde, sans jamais céder aux sirènes de la gloire, quand bien même distinctions et et éloges ne cesseront de le saluer. 

 

Commissaires Werner Jeker et Pierre Starobinski

www.alfred-latour.org

 

Espace Van Gogh à Arles du 29 mars au 2 mai 2018

Musée Reattu à Arles du 29 mars au 2 septembre 2018

Maisons des Consuls à Eygalières du 28 mars au 2 septembre 2018

 

 

CP_ALFRED_LATOUR_2018_Page_11_Image_0004.jpgLe banc, Paris s.d. © Fondation Alfred Latour, tous droits réservés

 

Bandeaugris500x80cartegriseinternet.jpg